Logo Udi Noir

Décès de Jean-Yves Couteau, président du Conseil Départemental et ami

J’ai la douleur de vous annoncer le décès de Jean-Yves Couteau qui s’est éteint cette nuit des suites d’une longue maladie contre laquelle il avait lutté avec un immense courage.
Jean-Yves était un homme fort, doux dans sa relation aux autres, ferme dans ses convictions et dans l’application des décisions prises. Jean-Yves était un féru d’arts, il adorait les livres auxquels il avait offert une formidable manifestation sur sa commune (Le chapiteau du livre fêtera cette année ses 8 années d’existence avec le très beau succès qu’on lui connaît).
Sur le plan politique, il était évidemment le meilleur trait d’union entre l’UDF (qu’il présida en Indre-et-Loire) et l’UDI. Son expérience politique irremplaçable est un vide cruel pour nous. Continuer notre action, au centre, sans tabou, sera le plus grand des hommages à lui rendre.
Nommé chevalier dans l’ordre national du mérite, dans l’ordre des arts et des lettres et dans l’ordre du mérite agricole, il était également le détenteur de deux médailles d’honneur régionales, départementales et communales, l’une d’argent, l’autre de vermeil. Celles-ci récompensent trente années de compétence professionnelle et de dévouement au service des collectivités territoriales et de leurs établissement. Jean-Yves a toujours eu soin de mettre ses talents au service des autres très jeune, dès 26 ans lorsqu’il devint maire adjoint puis conseiller général ou lorsqu’il était chargé de cours et qu’il transmettait ses passions avec gourmandise. Au conseil départemental, malgré la maladie il avait apporté cette patte, ferme, chaleureuse et humaine.
A titre personnel, je me souviens du jeune homme que je retrouvais boulevard Béranger il y a plus de trente ans et qui guida mes pas dans le journal gratuit que nous avions lancé avec le Professeur Larmande. Une vieille histoire centriste, déjà.
Toutes mes pensées vont à sa famille, à sa fille, mais aussi tous ses amis, particulièrement ceux de Saint-Cyr, cette commune qu’il chérissait et qui le pleurera longtemps.

Christophe Bouchet

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notify of

wpDiscuz